Jordi Perez Le Casot des Mailloles

Jordi Perez Le Casot des Mailloles

Jordi c’est le beau brun, costaud, un rugbyman, taillé pour la 3eme mi-temps. Le sourire canaille, il sait d’où il vient, le bel andalou. Espagnol anar par le grand-père et on n’en dit pas assez sur la grand-mère, avec atterrissage pas trop loin dans le Gers, ça reste au chaud.

En Rouge et noir à Toulouse pour des études de sciences éco, à Bordeaux pour un BTS de viticulture œnologique et à Montpellier, une licence de viticulture raisonnée. Au-delà du périph, ça pleut presque trop et puis il faisait froid.

Puis au boulot, le vrai du vrai, zéro sulfite, des levures indigènes, ni filtrage , ni collage, aucun intrants chimiques,

pour des vins qui ont la chaleur de ses terres et pas l’âme froide des raisonneurs chemises repassés et gelé de la fraternité.

Jordi Perez, c’est nature. c’est bon pour les copains de la peña, les 3èmes mi-temps.Quand tu dégustes son « comax ethylix », ça t’enfume le ciboulot. C’est un brasier qui va calciner tous ceux qui aime les vins bien fait. Il y a aussi l’anarschiste, Ça chauffe dans le gosier, ça te fait chanter les décibels, tu as envie de monter le son. Des vins puissants, gourmands, épicés, très murs.

Et ça te réchaufferait presque la Sibérie,

ou un peu en dessous, avec une cuvée sur les tables de la cave du Noma, à Copenhague, un petit resto, classé à quatre reprises meilleur restaurant du monde (2010, 2011, 2012, 2014) par le collège des 800 experts de la revue britannique «Restaurant».

Alain Castex peut être fier du gaillard qui a pris sa suite, une même vision, des idéaux qui se rapproche, l’avenir se profil bien, très bien même.

id leo leo. Lorem Aenean consectetur ipsum Phasellus mattis libero. sed luctus