Isabelle, tes frères de soif n’attendait que toi.
Egarée dans le monde professoral
Tu as su trouver le chemin des vignes
Qu’il fût long ce chemin de renaissance
De hasards en rencontres bien faites,

O Echangeurs de savoir et des vénérations des bontés de la nature
Pas d’échangeur d’autoroute, qui cimentent les paysages et les esprits
Le respect de la vie, de la vigne, des êtres
Et puis, de doux « Murmures » pour commencer
Tu es devenue bien « Volubiles »
Comme un « Pied’nez » à qui, à quoi ?

On te retrouve aujourd’hui « sur un nuage »
Ou tu as su faire naitre ce vin où la course du soleil nous élève au ciel
Nous lève à l’aurore, plein de forces et de rêves
Ton vin se pose près du coeur, siège de l’esprit
Et veille sur tes frères
Que notre soif s’épande de ton vin merveilleux
Fût-il aujourd’hui abreuvé

Se dessine de nouvelles cuvées
Plus près de nous, plus près d’Uzès
Une autre terre, un autre verre

Likez & Partagez

Facebook
Facebook
Instagram

DÉCOUVRIR D’AUTRES ARTICLES :

luctus commodo id, ante. ut porta. libero id suscipit vel, consectetur