Florence Monferran Clos de Miège

Florence respire l’air, elle l’a bien regardé, l’a noté, l’a rapporté et nous inspire des airs divines. La parole des gens, le chant des oiseaux.

Dans ses vignes, une attention portée aux moindres détails, dans sa cave, elle nous raconte son voyage, le temps des phocéens, les paysages traversés, les jardins arpentés, les romains passants et faisant notre chemin. Elle tisse les liens des fondations, les techniques vieilles de 5 mille ans.

Florence pousse la véracité du conte jusqu’à le rendre arpentant, tentant et aux arômes entêtant que l’on boirait d’ivresse jusqu’au petit lait, tel son « Originel », qui n’a rien d’un péché mais toute d’une Grande. Et d’une Grande Dame.

Élégante Florence, elle trace des gestes simples, utiles et parfaits. Elle s’attendrit du monde des origines. Revient à sa source.
Elle transgresse le temps pour aller doucement vite. Pourtant, le temps prend toute son importance dans la vie de Florence, qu’elle a mis en étude.
Elle s’est retournée plusieurs fois, à plusieurs époques, parfois bien lointaine pour se souvenir du présent.


Elle nous conte ses vignes, sa méthode, reflet de civilisation ancestrale, venu s’arrimer à quai par celui qui ne saurait se décrire preux chevalier «référence que celui qui nous lance sur le chemin pour inventer la vie»

Prima d’Ora, la naissance d’un premier millésime, que l’on garda secret le temps qu’il s’épanouisse pour donner vie à l’originel.

Hors des sentiers randonneurs, avaleurs et de troupe, elle porte aussi son regard sur l’interdit, le cépage, dont elle témoigne sa reconnaissance. Elle milite pour une renaissance des saveurs, des autres saveurs, que de bien tristes laboureurs ont voulu interdire et ratiboiser. Il faut savourer ce que la nature entière a donné.


Florence l’héritière, à qui Bacchus donne le Totem.

Likez & Partagez

DÉCOUVRIR D’AUTRES ARTICLES

tristique Lorem eleifend Phasellus ante. non id, venenatis, tempus porta. libero. elit.